event archives

Date: Wednesday March 24, 2021

Vaccines as Variants
John Hirsch, Councillor for South Marysburgh (host)
Alan Bernstein (speaker)

Gerald Evans (speaker)

This is a speaker series event:
In our monthly speaker series we invite experts in their fields to present and discuss ideas that address our climate & community, both locally and nationally. These events are an open invitation to the community -not just to action – but to inquiry and discourse.

event notes (english):

John Hirsch, Councilor for South Marysburgh was our host. He mentioned many more people watch these recordings after the fact – we hope it will be seen by many who couldn’t join us on Wednesday evening. As well, Drs. Bernstein and Evens have kindly agreed to allow us to post their slide decks – see below.

Whenever I take notes at an event like this I try to sit back, afterwards, and synthesize my impressions. In this case they were a sense of calm and of wonder. I am a scientist by training but have lost knowledge of the awesome scientific capability in our midst – in our universities, institutes, and in the private sector. And while I visit my physician regularly, it was humbling to see the deep knowledge, capability, and kindness shown by Dr. Evans and to realize how immensely impressive our oft-maligned health care system is. 

My overwhelming impression is that we are in good and safe hands and that we are truly fortunate to live here, in Ontario.

Dr. Bernstein opened the presentation with a brief explanation:

  • Today’s technologies (recombinant vector, sub-unit, and nucleic acid) vaccines are safe and effective
  • Variants are nature’s way – all viruses mutate – it’s at the heart of evolution. He showed us where on the virus “spikes” the variants occur.
  • The big picture is that while the rollout of vaccinations in Ontario has been slow, the number of deaths is also very low – a third of that in the U.S. and U.K. It means our situation is much better than is often presented

Dr. Evans talked about: 1) the current situation; 2) variants and; 3) vaccines:

  • Yes, we’re in a third wave – it started in mid February and it’s caused by the UK “B117” variant (which we know, after Dr. Bernstein’s presentation, is more properly labeled as N501Y – yes, there’ll be a short test at the end). For those of you who remember the reproduction number, “R” (how infectious the virus is), B117 is higher by about 0.4 – it means it’s pushed us above the critical value of 1.0.
  • Ontario is no different from anywhere else – the percentage of B117 in Ontario is growing in exactly the same way it’s done elsewhere
  • The concern is that variants: 1) can be more transmissible (B117 is 50% more); 2) have greater virulence (ICU admissions are higher and mortality is higher) and; 3) may have decreased protection from vaccines or previous infections, ie, mutations to the virus “spike” result in decreased binding of our antibodies.
  • Every person infected offers the virus more chances to randomly mutate – the large number of cases around the world (over 120 million) is not just a problem for our health and healthcare systems, it also generates more opportunities for the emergence of variants we’re now seeing. It was likely that the previous SARS (CoV-1) died out because of limited spread globally and control of case numbers that were small enough to allow for successful eradication.
  • Which vaccine is best? We all wanted the answer to this question. As you might expect, it depends what you’re looking for:
    • All our vaccines are 100% effective in reducing hospitalizations preventing severe Covid at home
    • All vaccines appear to be about 70% effective in preventing infection altogether
    • One of the later questions was about long-Covid – there is early anecdotal evidence vaccination may help long-Covid too, although the studies will likely go on for years
    • All vaccines reduce asymptomatic infection by about 80%
  • Are there side effects? Yes, 14 were listed (local and systemic) but all are temporary. The most common are: pain at the injection site; fatigue; headache; and muscle pain.
  • Have things been rushed? – time has been saved by doing things in parallel, not by cutting corners, eg, it’s normal for trials to be completed before turning data over to regulators who can spend as long as a year going back and forth with drug companies. This time it was all compressed by having regulators at the table during the trials.
  • Timing between shots: 3 months is fine (for many other vaccines it’s 6 months). The danger in making it too short is that our immune system might see the two shots as just an extended single shot.
  • In summary: 1) we’re in the 3rd wave because of variants; 2) variants are cause for concern so we need to keep up our “prevention toolbox” (hand-washing, wearing a mask, and distancing); 3) vaccines are effective and safe and; 4) global production is ramping up fast and because it’s easy to tweak the new technology vaccines, more are on the horizon to deal with variants.

les notes de l’événement (français):

John Hirsch, conseiller de South Marysburgh était notre hôte. Il a mentionné que beaucoup plus de personnes regardent ces enregistrements – nous espérons qu’ils seront vus par ceux qui n’ont pas pu nous rejoindre mercredi soir. De plus, les Drs. Bernstein et Evans ont gentiment accepté de nous permettre de publier leurs diapositives – voir ci-dessous.

Chaque fois que je prends des notes lors d’un événement comme celui-ci, j’essaie de m’asseoir, ensuite, et de synthétiser mes impressions. Dans ce cas, il y avait un sentiment de calme et d’émerveillement. Je suis un scientifique de formation, mais j’ai perdu la connaissance de l’impressionnante capacité scientifique de notre milieu – dans nos universités, instituts et dans le secteur privé. Et chaque fois que je rends visite à mon médecin, il était humiliant de voir les connaissances, les capacités et la préoccupation  profondes du Dr Evans et de réaliser à quel point notre système de santé souvent décrié est extrêmement impressionnant. J’ai la plus grande impression que nous sommes entre de bonnes mains et que nous avons vraiment de la chance de vivre ici, en Ontario.

Le Dr Bernstein a ouvert la présentation par une brève explication:

  • Les technologies actuelles (vecteurs recombinants, sous-unités et acides nucléiques) sont sûres et efficaces
  • Les variantes sont le chemin de la nature – c’est tout à fait normal que tous les virus mutent – c’est au cœur de l’évolution. Il nous a montré où sur les «pics» de virus les variantes se produisent
  • La situation dans son ensemble est que même si le déploiement des vaccinations en Ontario est lent, le nombre de décès est également très bas – un tiers de celui aux États-Unis et au Royaume-Uni. Cela signifie que notre situation est meilleure que ce qui est souvent présenté.  

Le Dr Evans a parlé: 1) de la situation actuelle; 2) variantes et; 3) vaccins:

  • Oui, nous sommes dans une troisième vague – elle a commencé à la mi-février et elle est causée par la variante britannique «B117» (qui, d’après la présentation du Dr Bernstein, est plus correctement étiquetée N501Y). Pour ceux d’entre vous qui se souviennent du nombre de reproduction, «R» (à quel point le virus est infectieux), B117 est plus élevé d’environ 0,4 – cela signifie qu’il nous a poussé au-dessus de la valeur critique de 1,0
  • L’Ontario n’est pas différent d’ailleurs – le pourcentage de B117 en Ontario croît exactement de la même manière qu’ailleurs 
  • Le problème est que les variantes: 1) peuvent être plus transmissibles (B117 est 50% de plus); 2) ont une plus grande virulence (les admissions aux USI sont plus élevées et la mortalité est plus élevée) et; 3) peuvent avoir une protection réduite contre les vaccins ou des infections antérieures, c’est-à-dire que les mutations du virus «pic» entraînent une diminution de la liaison de nos anticorps
  • Chaque personne infectée offre au virus plus de chances de muter aléatoirement – le grand nombre de cas dans le monde (plus de 120 millions) n’est pas seulement un problème pour nos systèmes de santé et la santé de chacun, il génère également plus d’opportunités pour l’émergence de variantes que nous voyons maintenant. Il était probable que le précédent SRAS (CoV-1) se soit éteint en raison d’une propagation mondiale limitée et du contrôle d’un nombre de cas suffisamment petit pour permettre une éradication réussie
  • Quel vaccin est le meilleur? Nous voulions tous la réponse à cette question. Comme vous vous en doutez, cela dépend de ce que vous recherchez:
    • Tous nos vaccins sont efficaces à 100% pour réduire les hospitalisations et prévenir les Covid sévères à domicile
    • Tous les vaccins semblent être environ 70% efficaces pour prévenir complètement l’infection
    • L’une des dernières questions concernait la longue durée de Covid – il existe des preuves anecdotiques précoces que la vaccination peut également aider à un long-Covid, bien que les études dureront probablement des années
    • Tous les vaccins réduisent l’infection asymptomatique d’environ 80%
  • Y a-t-il des effets secondaires? Oui, 14 ont été répertoriés (locaux et systémiques) mais tous sont temporaires. Les plus courants sont: la douleur au site d’injection; fatigue; mal de tête; et des douleurs musculaires
  • Les choses ont-elles été précipitées? – du temps a été gagné en faisant les choses en parallèle, et non en coupant les coins, par exemple, il est normal que les essais soient terminés avant de transmettre les données aux régulateurs qui peuvent passer jusqu’à un an à faire des allers-retours avec les sociétés pharmaceutiques. Cette fois, tout a été compressé en ayant des régulateurs à la table pendant les essais
  • Délai entre les injections: 3 mois, c’est bien (pour de nombreux autres vaccins, 6 mois). Le danger de le rendre trop court est que notre système immunitaire pourrait voir les deux injections comme une seule injection prolongé
  • En résumé: 1) nous sommes dans la troisième vague à cause des variantes; 2) les variantes sont préoccupantes, nous devons donc maintenir notre «boîte à outils de prévention» (lavage des mains, port d’un masque et éloignement); 3) les vaccins sont efficaces et sûrs et; 4) la production mondiale augmente rapidement et comme il est facile de peaufiner les nouveaux vaccins technologiques, d’autres sont à l’horizon pour faire face aux variantes.