event archives

Date: Wednesday May 19, 2021

Fiscal Policy, Monetary Policy, Green Policy – are they destined to be in conflict?
Louis-Philippe Rochon, Professor of Economics at Laurentian

event notes (english):

My name is Don Wilford, CFO for the Bay of Quinte GPO, and I was pleased to host this month’s event.

I first encountered Prof. Rochon (Louis Philippe) in a panel discussion with Stephanie Kelton. I was impressed by the way he spoke of economics as relating to our shared humanity.

Lori summed things up nicely in her closing remarks – she thanked Louis-Philippe for, “giving us ideas of how to use economics to push forward a Green agenda and more equitable society”. 

The GPO’s “Green and Caring Economy” is a practical reality. It’s something we can achieve.

But to kick off, Louis-Philippe changed the title of his talk to, “Building Back Better, Fairer, and Greener.” Our current policies have led to huge inequality. It means that our social foundations are weak. To strengthen them requires a fairer economy and our climate crisis requires a greener one.

Louis-Philippe discounted the idea of conflict in our original title because there is none:

  • Fiscal Policy (FP) – Canada’s (Federal government) deficit is now $400 billion (16 times higher than last year). It proves money has always been available. What’s at issue is the political will to make choices. For those who think the government’s role is to “balance the books”, austerity policies have been shown not to work.
  • Inflation – there is none (maybe a small increase from 1.1% to something between 1.5% and 2%). Central Banks are generally unconcerned.
  • Monetary Policy (MP) – interest rates can be whatever Central Banks decide – currently they’re close to zero. As they have been lowered, MP has increasingly lost effectiveness.
  • Inequality is the economic issue of our time. And Covid has reinforced it with a “K” shaped recovery – the upper part being a good recovery for the wealthy, especially those with assets, and the lower a bad recovery for working people. Louis-Phillipe called it the “white male” recovery because it’s disproportionately white men who own stocks and property and largely women and racial minorities who have suffered the economic brunt of the Covid pandemic.

So there are no fiscal or monetary restraints and, therefore, no conflict. It means governments have freedom (particularly fiscal) to pursue policies that will lead to a fairer and greener society, eg, child-care, pharmacare, a stronger health-care system, and green energy. Louis-Philippe’s closing comment was, “when you hear people tell you we can’t afford these things, ignore them.”

Louis-Philippe expressed his view of economics – it’s a framework for discussing what kind of society we want to live in, how to pay for it, and how to mitigate natural consequences. What it is not about is setting ideological rules to stop any discussion in its tracks. Unfortunately, it’s how it’s often been used in the past.

It’s also about recognizing that “free markets” don’t work (other than for those who seek to exploit the economy) and regulations are needed to address consequences. Economics, then, becomes a way of explaining our options not proscribing them. As an example, a choice of low interest rates is good because it restricts “financial” (rentier) income but it has also led to asset price inflation. But it’s something that can be addressed, eg, by wealth and financial transaction taxes – taxes on the privilege of owning and trading assets.

Louis-Philippe’s view is that Covid has been notably different from the 2007 financial crash. This time, everyone has been affected. Everyone knows someone who received CERB. Everyone can imagine what would have happened to their friends, parents, and family members if government had not stepped in to help. Everyone accepted being quarantined and everyone wore a mask. For Green Parties, it means there is a “window of empathy” to promote a new, “Green and Caring” paradigm.

I enjoyed hosting the questions:

  • On guaranteed minimum income – it’s a good second-best but providing full (Green) employment would be better (fire-fighters, nurses, educators – add to the list…)
  • Should we think about our economy in terms of activities we need instead of money we need – yes, I’m open to the discussion but in the end we probably need to monetize important outcomes
  • Role of the Bank of Canada – it can be mandated to do other things than setting interest rates, eg, lending directly, setting green interest rates (lower for green projects) or green QE (purchasing green assets). A lot of research is being done on pushing the boundaries of how we see Central Banks, eg, CBs and gender and environment.
  • Bank regulations – banks can be re-regulated to stop certain behaviours, eg, predatory lending and we can introduce financial transaction taxes. But we can also create public banks, eg, green banks (lending to green energy projects) and gender banks (lending to women entrepreneurs).
  • How about wealth taxes – absolutely and inheritance taxes too. And bear in mind, we’re talking about vast amounts of individual wealth. Many of the hugely wealthy have exploited government risk-taking, eg, development of the internet. Louis Philippe recommended Mariana Mazzucato’s book and TED talk.
  • And Louis-Philippe’s book – A Modern Guide to Rethinking Economics

In closing, I read David Brook’s article, today, in the NYT, “Has Biden Changed? He Tells Us” . It resonates with our talk; to quote, “Out of these three elements emerges a governing philosophy, and subsequently a set of policies, that works strenuously to support people amid the setbacks of life, that offers people good jobs so they can live with dignity, that pushes against the arrogance of wealth.” 

With the addition of green energy, it’s how I see Green, how about you?


les notes de l’événement (français):

Je m’appelle Don Wilford, directeur financier du GPO de la baie de Quinte, et j’ai eu le plaisir d’accueillir l’événement de ce mois-ci.

J’ai rencontré le professeur Rochon (Louis Philippe) pour la première fois lors d’une table ronde avec Stephanie Kelton. J’ai été impressionné par la façon dont il parlait de l’économie comme liée à notre humanité commune.

Lori a bien résumé les choses dans ses remarques de clôture – elle a remercié Louis-Philippe pour «nous avoir donné des idées sur la façon d’utiliser l’économie pour faire avancer un agenda vert et une société plus équitable».

L’économie verte et solidaire du PVO (GPO) est une réalité pratique. C’est quelque chose que nous pouvons réaliser.

Mais pour commencer, Louis-Philippe a changé le titre de son discours en «Reconstruire mieux, plus juste et plus vert». Nos politiques actuelles ont conduit à d’énormes inégalités. Cela signifie que nos fondations sociales sont faibles. Pour les renforcer, il faut une économie plus juste et notre crise climatique exige une économie plus verte.

Louis-Philippe a écarté l’idée de conflit dans notre titre original car il n’y en a pas:

  • Politique budgétaire (PF) – Le déficit du Canada (gouvernement fédéral) est maintenant de 400 milliards de dollars (16 fois plus élevé que l’an dernier). Cela prouve que l’argent a toujours été disponible. L’enjeu est la volonté politique de faire des choix. Pour ceux qui pensent que le rôle du gouvernement est «d’équilibrer les comptes», il a été démontré que les politiques d’austérité ne fonctionnent pas.
  • Inflation – il n’y en a pas (peut-être une petite augmentation de 1,1% à quelque chose entre 1,5% et 2%). Les banques centrales sont généralement indifférentes
  • Politique monétaire (PM) – les taux d’intérêt peuvent être ce que les banques centrales décident – ils sont actuellement proches de zéro. À mesure qu’ils ont été abaissés, MP a perdu de plus en plus d’efficacité.
  • L’inégalité est la question économique de notre temps. Et Covid l’a renforcé avec une reprise en forme de «K» – la partie supérieure étant une bonne reprise pour les riches, en particulier ceux qui ont des actifs, et la partie inférieure une mauvaise reprise pour les travailleurs. Louis-Philippe a appelé cela la reprise des «hommes blancs» parce que ce sont les hommes blancs de manière disproportionnée qui possèdent des actions et des biens et en grande partie des femmes et des minorités raciales qui ont subi le poids économique de la pandémie Covid.

  • Il n’y a donc pas de restrictions fiscales ou monétaires et, par conséquent, pas de conflit. Cela signifie que les gouvernements ont la liberté (en particulier sur le plan fiscal) de mettre en œuvre des politiques qui mèneront à une société plus juste et plus verte, p. Le commentaire de clôture de Louis-Philippe était: «Lorsque vous entendez les gens vous dire que nous ne pouvons pas nous permettre ces choses, ignorez-les.»

    Louis-Philippe a exprimé son point de vue sur l’économie – c’est un cadre pour discuter du type de société dans laquelle nous voulons vivre, comment payer et atténuer les conséquences naturelles. Il ne s’agit pas d’établir des règles idéologiques pour arrêter toute discussion dans son élan. Malheureusement, c’est ainsi qu’elle a souvent été utilisée dans le passé.

    Il s’agit également de reconnaître que les «marchés libres» ne fonctionnent pas (sauf pour ceux qui cherchent à exploiter l’économie) et que des réglementations sont nécessaires pour faire face aux conséquences. L’économie devient alors un moyen d’expliquer nos options sans les proscrire. Par exemple, un choix de taux d’intérêt bas est bon car il limite les revenus «financiers» (rentiers) mais il conduit également à une inflation des prix des actifs. Mais c’est quelque chose qui peut être réglé, par exemple, par des taxes sur la fortune et sur les transactions financières – des taxes sur le privilège de posséder et d’échanger des actifs.

    L’opinion de Louis-Philippe est que Covid a été sensiblement différente du krach financier de 2007. Cette fois, tout le monde a été touché. Tout le monde connaît quelqu’un qui a reçu le CERB. Chacun peut imaginer ce qui serait arrivé à ses amis, parents et membres de sa famille si le gouvernement n’était pas intervenu pour aider. Tout le monde a accepté d’être mis en quarantaine et tout le monde portait un masque. Pour les partis verts, cela signifie qu’il existe une «fenêtre d’empathie» pour promouvoir un nouveau paradigme «vert et bienveillant».

    J’ai aimé accueillir les questions:

  • Sur le revenu minimum garanti – c’est un bon deuxième meilleur mais fournir un plein emploi (vert) serait mieux (pompiers, infirmières, éducateurs – ajouter à la liste…)
  • Devrions-nous penser à notre économie en termes d’activités dont nous avons besoin plutôt que d’argent dont nous avons besoin – oui, je suis ouvert à la discussion, mais en fin de compte, nous devons probablement monétiser des résultats importants
  • Rôle de la Banque du Canada – elle peut être mandatée pour faire autre chose que fixer les taux d’intérêt, par exemple prêter directement, fixer des taux d’intérêt verts (plus bas pour les projets verts) ou QE vert (acheter des actifs verts). De nombreuses recherches sont en cours pour repousser les limites de la façon dont nous voyons les banques centrales, par exemple, les BC et le genre et l’environnement
  • Réglementations bancaires – les banques peuvent être réglementées pour mettre fin à certains comportements, par exemple les prêts abusifs, et nous pouvons introduire des taxes sur les transactions financières. Mais nous pouvons également créer des banques publiques, par exemple, des banques vertes (prêts à des projets d’énergie verte) et des banques de genre (prêts aux femmes entrepreneurs)
  • Qu’en est-il des impôts sur la fortune – absolument et des droits de succession aussi. Et gardez à l’esprit que nous parlons de grandes quantités de richesse individuelle. Beaucoup de très riches ont exploité la prise de risque du gouvernement, par exemple le développement d’Internet. Louis Philippe a recommandé le livre de Mariana Mazzucato et la conférence TED
  • Et le livre de Louis-Philippe – Un guide moderne pour repenser l’économie

  • En terminant, j’ai lu l’article de David Brook, aujourd’hui, dans le NYT, «Has Biden Changed? Il nous le dit ». Cela résonne avec notre discours; pour citer: «De ces trois éléments émerge une philosophie de gouvernement, et par la suite un ensemble de politiques, qui travaille avec acharnement pour soutenir les gens dans les revers de la vie, qui offre aux gens de bons emplois pour qu’ils puissent vivre dignement, qui pousse contre l’arrogance de richesse. »

    Avec l’ajout d’énergie verte, c’est ainsi que je vois le vert, et vous?